23.10.2005

Le plancher de Jeannot

medium_grand_plancher.jpg
En parlant des écrits bruts, faut que je vous donne des nouvelles du plancher de Jeannot, ce paysan béarnais qui grava le sol de sa chambre sous lequel sa sœur et lui avaient enseveli la dépouille de leur défunte mère. Mais comme j’ai chopé un rhume, que j’ai mal à la tête et la gorge qui gratte, je passe la parole à Violette, une enragée lectrice qui m’écrit :
« Surprise aux actualités régionales de FR3 jeudi 20 octobre : le plancher de Jeannot présenté à la Grande Bibliothèque. Cela donne quelques images champêtres du petit village de Jeannot, les mots d’un voisin précisant quel élève brillant il était, peut-être le plus intelligent du coin. Puis le suicide du père alors que Jeannot était au service militaire en Algérie, son retour et, à ce moment là, son étrangeté. Il était craint, semble-t-il, parce qu’il avait l’habitude de se promener avec une pétoire. Le voisin parle ensuite de la mort de la mère et de l’installation de sa dernière résidence sous l’escalier de la ferme familiale. A partir de là, on n’a plus vu Jeannot. Vient ensuite Monsieur Roux (le découvreur du plancher) en son fauteuil. Tenue décontractée, polo à la père-tranquille, sous-titré : psychiatre à la retraite. Il distingue là -et il insiste sur le terme qui lui semble original- un état de « psychose brute ». Après avoir indiqué toutefois que l’intéressé n’avait jamais croisé le chemin de l’hôpital ni de quelque médecin psychiatre que ce soit. Fin d’annonce par le journaliste : le plancher rejoindrait bientôt l’Hôpital Sainte-Anne. Comme quoi Jeannot n’y échappera pas ! ».
medium_plancher_2.jpg
Atchoum et bises à Violette parce que votre petite âme errante n’était en effet pas devant sa TV ce soir-là mais sous la couette, avec un grog et son chéri.

18:20 Publié dans Ecrans | Lien permanent | Commentaires (16) | Tags : art brut, Plancher de Jeannot | |  Imprimer | | | Pin it!

Commentaires

Je suis a chaque fois surprise de lire l’histoire du plancher de jeannot
eh ouiil a fallut que j’en parle dans mon catalogue 1999 ”L’Aracine et l’Art brut” pour que
M ichel Thévoz me contacte car j’étais la seule à en avoir connaissance grace au doceur Roux qui m’en ayant fait part je lui ‘ai demandé d’e le faire figurer dans mon catalogue avec texte et photos
A la longue on f init pas être agacçé que jamais ne soit relever le travail de cette association qui a ouvert ses portes en 1984 pour devenir musée d’art brut en 86 et faire donation de sa collection à la communauté urbaine de Lille d’où un musée en construction
ayant connue la collection de Dubuffet lorsque celle-ci était encore rue de Sèvres et ne pouvant hélas rien faire pour que la France conserve ce patrimoine; il serait me semble-t-il légitime que cette association ne fasse pas objet de tant de dédain; il n’y a pas que les gens qui ont un titre qui font un certain boulot ; il en est d’autres qui s’attachent à cela avec ardeuret puis ne l’oublions pas aussi parce que l’art brut c’est un peu de nous- . Je signale par la même occasion que si Lausanne fait l’exposition de Lobanov c’est à L’aracine qu’elle le doit car j’ai découvert cette œuvre en 2ooo alors que venant de Russie elle figurait au congrès international de la psychiarie en 2000
merci de m'entendre madeleine lommel

Écrit par : madeleine Lommel | 01.04.2006

Répondre à ce commentaire

Dites donc, Madeleine Lommel, ça va plus au niveau des chevilles, Lausanne devrait à l'Aracine leur exposition consacrée à Lobanov, tout simplement parce que vous auriez jeté dessus vos augustes regards? Mais vous n'étiez pas toute seule à ce foutu Congrés de la porte Maillot, il y avait du monde, il y a eu une expo à la Maison des Sciences de Poitiers avec un texte d'Alain Bouillet, il ya eu ABCD qui l'a montré, il y a dû y avoir de nombreux collectionneurs assez avisés pour proposer l'achat de quelques Lobanov... Et puis comme vous l'indiquez, cette oeuvre "venait" de Russie. N'est-ce point Mme de Miscault qui est à l'origine de cette venue (comme elle l'écrit quelque part sur ce blog, où il manque fortement un index pour se retrouver, notamment pour retrouver les commentaires "anciens")? Et avant elle, n'y a-t-il pas eu le Dr.Gavrilov qui a conservé cette oeuvre? Etc, etc.
Cependant, je suis d'accord avec vous, sur ce blog, on a fortement tendance à oublier l'Aracine, on se demande pourquoi.

Écrit par : Yves Remords | 03.04.2006

Répondre à ce commentaire

Si on en est au petit jeu de l'escalade, pourquoi ne pas rappeler qu'à cette Exposition du Jubilé (Congrès International de Psychiatrie) au Palais des Congrès en 2000 à Paris, il y avait déjà le plancher de Jeannot et les œuvres de Lobanov, mais aussi beaucoup d'autres venues d'Europe, de la Tinaia par ex., et de divers centres en France. Organisée par les Sociétés Française et Internationale de Psychopathologie de l'Expression, et mise sur pieds par mes soins, avec l'aide de Bernard Capelier et de D. de Miscault, l'exposition se voulait un hommage à celle de 1950 dont le Pr Volmat avait ensuite tiré un ouvrage (l'art psychopathologique). Un catalogue a été édité à cette occasion, préfacé par le Dr C. Wiart:"5O ans d'expression en milieu psychiatrique". Il est toujours accessible auprès de la SFPE.
"Œuvres orphelines"? Elles ne manquent pas de parents adoptifs apparemment!
Ce serait bien si elles n'en devenaient pas les otages!

Écrit par : Béatrice Steiner | 05.04.2006

Répondre à ce commentaire

Exactement Mr Remords ; L'Aracine n'étais pas seule à ce congrès , mais elle a été la seule à ce moment-là à remarquer, parmi les connus de l'art brut, Lobanov - venu de Russie, grâce effectivement à Mme Dominique de Miscault - et de suite acquis certains dessins.
Lausanne avait reçu de la part du docteur Gavrilov une œuvre ou deux de Lobanov voilà bien longtemps mais n'en a pas tenu compte à ce moment-là, mon cher Monsieur, quant à Alain Bouillet qui est , au conseil d'administration de l'Aracine, il à, avec bonheur prit la relève.
Vous voyez il faut fouiller, fouiller encore pour s'y retrouver
ceci dit je n'ai besoin ni de fleurs ni de médaille, mon bonheur est autre et en plus il est ancien, mais on déforme tant et plus la réalité qu'on tue toute substance ; quitte à refaire l'histoire, il faut essayer de la refaire juste .
ceci dit la seule chose qui compte c'est l'œuvre et celui qui en est l'auteur ; ne l'oublions jamais ; celui qui "découvre" n'est qu'en mal de vérité, pour la plupart du temps d'ailleurs de la sienne
Madeleine lommel

Écrit par : madeleine Lommel | 14.04.2006

Répondre à ce commentaire

Donc, à ce congrès, vous avez été la seule à percevoir l'intérêt de Lobanov. Bon, bon... et les tenants de la collection ABCD alors? Y comptent pas, eux? Ne sont-ce qu'excroissances vénéneuses de la racine primordiale sans doute?
Cela dit, j'aime bien votre dernière phrase.
Quand je serai un peu moins...Yves Remords...je la replacerai.
Cordialement, Y.R.

Écrit par : Yves Remords | 16.04.2006

Répondre à ce commentaire

C'est effectivement Madeleine Lommel qui à ma GRANDE JOIE a VRAIMENT reconnu l'oeuvre de Lobanov en France au Palais des Congrès en 2000.
J'allais depuis 1993 en Russie et j'avoue ne pas avoir été suivie à l'époque ! J'ai aussi fait connaître Iaroslavl à la SIPE et par raccroc à la SFPE. Quant au Docteur Gavrilov, je l'ai connu avant vous tous et je me permettrai de vous dire que vous feriez mieux de vous taire plutôt que d'imaginer une histoire antérieure qui est trop loin de vous !
Quant à abcd ils sont venus ENSUITE et avec des méthodes pour le moins CONTESTABLES ! C'est moi même qui ai amené M Decharme à Iaroslavl en octobre 2000, il y ait retourné en mai 2001 et JAMAIS DEPUIS !
Effectivemment l'ARACINE est primordiale par son aide ouverte et généreuse.

Écrit par : dominique de Miscault | 18.04.2006

Répondre à ce commentaire

Une autre mise au point.
L'exposition à la Maison des Sciences de l'Homme sur le campus de Poitiers est le fait d'une amie qui dirigeait cette Mshs. Nous y avions organisé des interventions dont celle d'Alain Bouillet que Madeleine Lommel m'avait recommandé.

Écrit par : dominique de Miscault | 18.04.2006

Répondre à ce commentaire

Et Jeannot dans tout ça? Son plancher n'intéresse-t-il donc personne?

Écrit par : Animula | 18.04.2006

Répondre à ce commentaire

Halte aux imposteurs, aux récupérateurs. Cette Dominique de Miscolt dit n’importe quoi. C’est moi le premier a avoir découvert Lobanov... c'était un pote... j’ai même des dessins qui le prouvent.
Jo Djougachvili

Écrit par : JO | 19.04.2006

Répondre à ce commentaire

En lisant des co...ries pareilles c'est sur que Dubuffet doit se retourner dans sa tombe!!!!!

Écrit par : denis Jaubert | 07.03.2007

Répondre à ce commentaire

franchement, est ce qu'en l'absence de l'auteur de l'oeuvre, la guerre pour la paternité de la découverte et ou de la reconaissance est de mise? vous intéressez vous aux oeuvres ou a vos égos d'amateurs d'art?

ceci dit si vous ne pouvez passer par dessus vos querelles, organisez un duel, un chi fou mi, un combat de pouce, quelque chose, mais cette lutte au dessus d'un plancher et du cadavre d'un homme m'atriste et me fait crever de rire alternativement.

j'en connais qui eux, s'en chauffent les gonades dans un appareil a raclette!

Écrit par : schnappi | 12.06.2007

Répondre à ce commentaire

ça suffit, oui ! C'est moi qui l'ai vu le premier d'ailleurs, j'ai une carte postale de lui, qu'il a fait lui-même, qu'il m'a envoyé de Russie alors que j'étais peinard en italie avec carlo zinelli, qui lui faisait des timbres postes recto-verso.
Et après un jour le docteur roux est venu prendre l'apéritif, et pendant qu'il sirotait, il a fait tomber des gouttes sur le plancher. Et là, j'ai eu la révélation, et je lui ai dit que jeannot était en train de graver son plancher à lui, mais que je savais pas où était jeannot je croyais que que c'était le cousin de Dieu et....
MAIS LACHEZ-MOI ! NON JE NE VEUX PAS RETOURNER DANS MA CHAMBRE !

Écrit par : rezba | 10.07.2007

Répondre à ce commentaire

Et Jeannot dans tout ça? Son plancher n'intéresse-t-il donc personne?

je réponds ici au modérateur du site. Si ll y a une personne qui s'intéresse au plancher de Jeannot. j'en ai même fait un petit site web : www.le-plancher-de-jeannot.com.

J'y fais une petite étude de cas à travers l'analyse du texte et quelques essais artistiques "à la manière de Jeannot".

Écrit par : vidal | 10.02.2009

Répondre à ce commentaire

Et Guy ROUX dans tout ça ? Les omissions de ce style et systématiquement répétées sur ce site sont significatives et REMARQUABLES...

Écrit par : dominique de miscault | 24.03.2009

Répondre à ce commentaire

Raaa, ENFER ET DAMNATION !!! : le lien www.le-plancher-de-jeannot.com est mort ! Celui dont parle "vidal", deux posts au-dessus. En même temps, il a deux ans (le lien, pas Vidal) (ceci dit, je n'en sais rien, je ne le connais pas).

Dépassez ce type de querelle et soyez satisfaits de votre réalité, bon sang, peu importe si elle contredit la vérité d'un autre.

En tout cas merci pour ce mini article, j'aime l'histoire de ce plancher, et je trouve son exposition à Ste Anne tout à fait... intéressante! On ne voit pas le plancher, il est comme transparent, on voit le reflet des bâtiments derrière, il est découpé, encadré dans d'horribles armatures... Comme Jeannot?!

Bon 2012 !

Écrit par : Katia | 01.01.2012

Répondre à ce commentaire

@ Katia

Merci de votre visite et bonne année Katia. Vous êtes ma première commentatrice de 2012. Mes archives en témoigneront.
L'oeuvre de Jeannot est si radicale qu'elle a suscité de nombreuses réactions au cours des années, ce qui explique que certains liens ne soient plus valides.
J'en ai parlé plusieurs fois sur mon blogue.
Par exemple le 16 juillet 2007 dans une note intitulée "Mise en boîte du plancher de Jeannot" qui va dans le sens de votre dernière phrase.
En tapant "plancher de Jeannot" dans la case "Rechercher", à droite au dessus des "albums photos", vous en verrez d'autres, si vous voulez.

Écrit par : Ani | 01.01.2012

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire