31.08.2014

Ceres Franco décarcassonnée

A Carcassonne le clairon sonne, on pétitionne pour sauver le régiment.

Mieux vaut renoncer à la collection Ceres Franco pensent les nouveaux édiles.

photo la depeche.jpg

Sans les parachutistes, qui s’intéresserait à la peinture d’histoire militaire du Musée des Beaux-Arts ?

ancien para.jpgancien para.jpgancien para.jpg

11:38 Publié dans art brut, art naïf, De vous zamoi, Expos, Gazettes | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer | | | Pin it!

29.08.2014

Miracle à l’italienne : Giovanni Bosco est dans Libération

Le boucher est là. Mon boulanger rouvre demain. La rentrée s’accélère. Même pour moi qui serait bien restée les pieds dans les tongs.

tongs 3.jpg

Mais voilà que, par la grâce d’une couverture médiatique qui s’emballe (sic), mon mois d’août finissant se place sous le signe d’une audience accrue. Depuis que Libération, dans son édition du 28 août 2014, a consacré une double page au créateur sicilien Giovanni Bosco dont je vous claironne les mérites depuis plus de six ans, je constate une intense activité sur mes lignes.

visites france.png

De Nancy, Montpellier ou Paris, de Basse-Normandie, Rhônes-Alpes ou Poitou-Charentes, de nouveaux Animuliens se précipitent sur mes notes relatives à ce peintre originaire de Castellammare del Golfo. Spécialement sur les plus anciennes. Celles du 25 mai 2008 (Murs à la Sicilienne) et du 16 juin 2008 (Art brut : découverte d’un nouveau créateur en Sicile) qui ont révélé au landerneau de l’Internet les premières images et les premiers renseignements sur le regretté Giovanni Bosco.

Merci qui ? Merci madame Peiry.

C’est vous qui avez nourri de vos infos ce papier, dense et plaisant, dû à Brigitte Ollier «envoyée spéciale à Lausanne» où vous avez monté une expo d’été : L’Art Brut dans le monde.

salle Bosco 1.jpg

salle bosco 2.jpg

Moi qui croyais que, comme l’indiquait le 29 avril 2014 La Tribune de Genève, vous aviez quitté «définitivement l’Art Brut», je vois que vous continuez à guider cette Collection.

Collection historique où, pour reprendre le propos de Boris Senff dans 24h du 6 juin 2014, «le stockage et donc la conservation deviennent des questions urgentes face à cette masse d’œuvres, parfois fragiles» acquises ou entrées récemment.

Sans oublier le problème des toilettes qui a son importance aussi, selon madame Lombardi.

Mais trêve de détails! Je souhaite que madame Peiry continue à mouiller sa blouse en faveur de Giovanni Bosco. Ça me permet de profiter de son plan media et de son rézotage XXXL. Avec un peu de chance, il se trouvera encore des journalistes pour choisir l’angle Giovanni Bosco.

Dans La Repubblica du 14 août 2014, en illustration d’un article de Paola Nicita, j’ai déjà pu repérer deux visuels empruntés au carton d’invitation d’une exposition Bosco dont je fus partenaire (cf. mon post du 21 mars 2009 : Giovanni Bosco, l’Irrégulier du Bd Haussmann). Et que la journaliste italienne ne cite pas.

invit expo bosco librairie.jpg

expo librairie.jpg

P1000465.JPGP1000458.jpg

Soyons raisonnable cependant. Madame Peiry ne saurait veiller à tout. On ne peut lui demander de rappeler sans cesse que Giovanni Bosco est un cas d’art brut pur apparu dans un moment où ce concept était déclaré bon à diluer dans l’art contemporain.

Que sa découverte est due à un regard extérieur à son pays d’origine.

Que l’instance qui l’a légitimé dans l’ordre de l’art brut n’appartient pas à la catégorie de ces «informateurs qui se manifestent pour (…) signaler (…) des productions hors du commun»  (dixit l’introduction du catalogue L’art Brut dans le monde) à une direction de la Collection de l’art brut qui a cessé depuis longtemps d’être intronisée par Jean Dubuffet.

cata l'art brut dans le monde.jpg

On peut par contre répéter à sa place que les blogues et leurs équipes sont des francs-tireurs capables d’initiatives dont les institutions font ensuite leur miel. Sans toujours le dire de peur sans doute de s’écorcher la bouche.

24.08.2014

Naïfs marocains et du monde entier

L’art brut c’est comme le furet de la chanson. Il passe par ici. Il repasse par là. Au détour d’un catalogue chiné au marché aux puces de Saint-Ouen délicieusement désert en cette maussade fin d’août. Un Barbu Müller perdu dans l’art naïf ça se remarque. D’autant que sa légende laisse rêveur : «Tête – sculpture fin XIXe s. ou époque contemporaine».

barbu m.jpg

Notez le OU qui prouve qu’on se posait déjà des questions sur les barbudos en 1964. Car le catalogue dont je vous parle est du mois de juillet de cette année. Sa couverture, qui reproduit un tableau d’Ahmed Louardiri (1928-1974), est comme une invitation à visiter la mosquée de Moulay Ismaïl à Meknès à travers le prisme de ce grand peintre autodidacte.

art brut,erich bödeker,anselme boix-vives,barbus müller,art naïf marocain,ahmed louardiri,mohamed ben allal,moulay ahmed drissi,moulay ali alaoui,mohamed naciri,radia bent lhoucine

Publiée pour l’exposition itinérante Panorama international de la peinture naïve organisée dans les villes marocaines par la Mission Universitaire et Culturelle Française au Royaume chérifien, cette plaquette a été réalisée sous la direction de Gaston Diehl (1912-1999), fondateur du Salon de mai. Des textes de Georges Henri Rivière, Maximilien Gauthier et Anatole Jakovsky.

94 pages, beaucoup d’images en noir et en couleurs de Naïfs du monde entier. Parmi lesquels, forcément, se sont glissés quelques Bruts chers à notre cœur.

img728.jpg

Erich Bödeker (1904-1971), mineur allemand qui peupla son jardin d’une centaine de personnage sculptés en bois ou ciment peint.

Anselme Boix-Vives qui venait d’être mis sur orbite (lunaire) en mars-avril 64 par la Galerie Denis Breteau. Par exemple.

boix-vives.jpg

A tous seigneurs, tout honneur, la section marocaine, préfacée par Diehl, révèle «Les infinies possibilités artistiques de l’instinct créateur du Maroc». Une pléïade de peintres aux noms mémorables : Mohamed Ben Allal

ben allal 3.jpg

Moulay Ahmed Drissi

ben allal 2.jpg

Ahmed Louardiri

 

Raphaël Occhipinti (né à Syracuse), Moulay Ali Alaoui

Alaoui Moulay Ali-Les tanneurs.jpg

Mohamed Naciri

mohamed naciri.jpg Et –pour moi le plus remarquable– Radia Bent El Hossain qui, en voyant travailler son fils, l’artiste Miloud Ben Moktar, sentit «l’irrésistible besoin de prendre à son tour crayons et pinceaux, à plus de cinquante ans (…)».

Radia bent Lhoucine.jpg

Radia Bent Lhoucine, si l’on préfère, nom sous lequel elle est connue et appréciée aujourd’hui ainsi que j’ai pu le signaler dans mon post du 26 février 2011.

13.08.2014

Marie-Rose et les grosses machines

étoiles filantes 2.jpg

Bientôt la nuit des étoiles filantes. Ça me fait penser à Marie-Rose Lortet. Marie-Rose, elle est discrète. C’est une artiste qui ne souffle pas sa renommée dans les oreilles des autres. Certes, elle expose beaucoup et souvent dans nos provinces. On est tellement sûr de la retrouver qu’on en oublierait presque son passage si un soir d’été ne nous remettait en mémoire son œuvre, un miracle textile.

MRL Plantation incontrolable .jpg

Marie-Rose peut bien tisser le monde comme une tapisserie de haute-lice, Marie-Rose peut bien faire feu de tout le métier acquis depuis presque un demi-siècle, Marie-Rose Lortet reste de la famille. Parrainée par Jean Dubuffet. Sélectionnée dans l’historique exposition collective de sa jeunesse : Les Singuliers de l’Art. Amie de Simone Le Carré-Galimard, son aînée, qui, comme elle, avait bercé son enfance avec des matériaux insolites assemblés en objets ludiques et artistiques.

MRL voyage .jpg

Aurélien Lortet se souvient que Marie-Rose et Jacques, ses parents, l’emmenaient chez Marcel Landreau et il le dit sur Animula Vagula. Histoire de fils, pour jouer sur les mots! Un fils devenu lui-même artiste car la famille chez les Lortet est faisceau. Tressant sa vie, petit à petit, comme quelqu’une qui a l’éternité devant elle mais qui sait se servir des instants qu’on gâche dans les transports en commun pour accumuler de la matière première, Marie-Rose Lortet élève ses maisons d’air, tricote ses masques de laine en série, ouvre grandes ses fenêtres sur une poésie personnelle dénuée de toute grandiloquence.

Marie-Rose-Lortet-1406 copie.jpg

Sa silhouette d’héroïne de conte de Grimm, à saute-ruisseau par dessus le temps, reste gracile. Ses cheveux d’or au petit fer, cascadent toujours en impeccables rayons. Il y a du body art chez cette dame. On dirait qu’elle est elle-même son maître-ouvrage. Tout juste si de fines lunettes ajoutent maintenant leurs volutes à sa parure.

marie rose.jpg

On imagine ce que ses yeux ont pu en voir avec son travail ! Ses yeux, ses mains. Pique, épingle, crochète et couds ! Une maille à l’envers, une maille à l’endroit. Et que je te natte, et que je te noue. Bonjour l’art contemporain à tige volubile ! Bonjour l’invention entrelacée à la tradition! Si on l’écoutait Marie-Rose Lortet roulerait en canivets l’esthétique industrielle à laquelle on la confronte à la Fabrique des Savoirs.

image_content_general_marie rose.jpg

Car il ne faut pas que j’oublie de vous le dire. Il ne vous reste que 18 jours pour aller voir l’exposition Marie-Rose Lortet et les grosses machines. Alors, ne vous emmêlez pas les crayons. C’est à Elbeuf, près de Rouen

affiche marie rose.jpg

12:17 Publié dans Expos | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : marie-rose lortet, fabrique des savoirs, elbeuf, aurélien lortet | |  Imprimer | | | Pin it!

06.08.2014

Côte à côte avec la création franche

Faut pas croire qu’en août tout le monde coince la bulle. A Bègles-sur-mer (ou presque) on s’active. D’abord avec les Côtes ouest, l’expo actuelle qui ira juqu’au 7 septembre 2014. En vis à vis : 8 outsiders du Creativity Explored de San Francisco et 8 créateurs à l’aise dans les basquettes de la Création franche, parmi lesquels des pointures genre Ignacio Carles-Tolrà et Joël Lorand.

invit côte ouest.jpg

M’importe peu qui sont « déficients mentaux » (terme employé dans le catalogue) et qui ne le sont pas. Ce qui compte c’est de juger sur pièces leurs productions. Côté californien, on surfe facile sur James Miles et la fine lame de ses dessins à la pureté d’épure digne d’un inuit.

james miles.jpgCollectionneurs mes frères, protégez bien la couverture noire du n°40 de Création Franche (la revue) qui vient de sortir. Elle sera recherchée pour la photo laquée couleurs en première de couv.

CF n°14.jpg

Elle est de Marie-France Lacarce, une débusqueuse de rêves dont je vous ai chanté les mérites voilà presque deux ans déjà.

Morceaux de bravoure de cette nouvelle livraison de la revue bèglaise, un article sur Alain Genty et son bestiaire fantastique

alain genty.jpg

et un autre sur Abdelkader Rifi (« J’ai des jardins plein la tête »), un créateur que Madeleine Lommel, qui était presque sa voisine, aimait bien.

abdelkader rifi portrait.jpg

abdelkader rifi à l'aracine 1986.jpg

Le premier papier, bien documenté, est de Joe Ryczko. Le second, plus dans l’évocation poétique, de Paul Duchein. Avec ce rude et délicat céramiste (Genty) et avec ce maçon de l’imaginaire (Rifi), l’un figure de la Fabuloserie, l’autre protégé de l’Aracine première version, la revue CF place le curseur sur la position 

art brut,création franche,gérard sendrey,pascal rigeade,crab,déborah couette,fanzines,james miles,marie-france lacarce,abdelkader rifi,alain genty,joe ryczko,paul duchein

Ça n’empêche pas Gérard Sendrey de nous donner un papier pour expliciter la notion de  création franche, ce qui n’était pas indispensable étant donné qu’il l’a fait déjà 36.000 fois.

On retrouve G.S. dans le Hors-Série de la CF (n°1) qui voit le jour parallèlement. Contenant les actes de la Rencontre de novembre 2013 sur Les Fanzines d’art brut et autre prospectus, ce H-S concrétise le bon travail effectué en commun par le CrAB et le Site de la Création Franche.

CF hors série.jpg

Son contenu est trop riche pour que je le traite par dessus la jambe ici. Lisez le vite fait !!! Nul doute qu’il soit «un facilitateur en même temps qu’une source fiable et de référence» comme Pascal Rigeade, son maître d’œuvre (avec Déborah Couette) l’écrit dans sa préface.

page fanzines.jpg

Seulement, comme il n’est de réussite qui ne mérite d’être prolongée, je chipoterai Gérard Sendrey sur une question de mémoire. Quand il dit que Création Franche a été «au départ envisagée comme un bulletin d’information à l’usage des initiés», j’ai peur qu’il ne révise en baisse et à posteriori les objectifs qui étaient ceux de cette revue à sa création. Je ne parle pas sans savoir. En témoigne le flyer (Impr. par Savignac à Bègles) qui accompagnait le premier numéro de Création franche (octobre 1990).

Extrait

flyer CF 1990 détail.jpg

Son texte incitatif montre clairement qu’à l’époque les ambitions de la rédaction dépassaient largement le cadre d’un simple «bulletin» destiné à un public restreint. Que cette ligne radicale ait été très vite (dès le n°3) abandonnée est une autre affaire

01.08.2014

Vivian Maier, une belle invention

Mais qui êtes-vous Vivian Maier ?

Une excentrique ?

Une accumulatrice compulsive ?

Une grande photographe méconnue ?

Ou… un auteur d’art brut ?

Je vous tournais autour et j’hésitais à vous rencontrer, Super-nounou de Chicago à l’accent français. Derrière la légende de votre vie que vous documentiez sans cesse jusqu’au déraisonnable, j’apercevais trop l’opération de promotion que votre inventeur avait l’air de faire sur votre dos.

autoportrait VM.jpg

Et puis, j’ai fini comme tout le monde par aller voir le documentaire de Charles Siskel et John Maloof qui vous est consacré et maintenant ça me turlupine.

Ce qui m’a décidé c’est un papier que Sophie Roussel, une Animulienne à cheval sur la culture et sur l’anticulture, m’a claqué dans la boîte e-mail de mon blogounet :

 

 Elle gardait tout.

Au point de faire s’écrouler le plancher de sa chambre de bonne. Elle a fini sa vie dans le plus grand dénuement et pourtant, au garde-meuble, on a retrouvé dans ses affaires des vêtements et des chaussures à peine portés. On a retrouvé surtout une cinquantaine de cartons remplis à ras bord de pellicules et de négatifs. Des boîtes et des boîtes : 100.000 photographies jamais développées, une quantité industrielle de journaux, coupures de presse, additions de restaurant, tickets de blanchisserie.

accumulation.jpg

Née en 1926 à New York, Vivian Maier était une Mary Poppins un peu déjantée qui devint nurse d’enfants pour avoir l’alibi d’être souvent en balade. Vieille fille par vocation, elle portait pour tout bijou, un Rolleiflex en sautoir avec lequel elle mitraillait. A toutes les époques, elle a traîné avec elle une ribambelle de gosses dans les quartiers les plus mal famés de la ville, précisément là où il y avait des choses à voir. Avec sa bande de morveux en camouflage, elle pouvait opérer en toute discrétion et ne rien dénaturer du sujet en appuyant sur le déclencheur.

négatifs.jpg

Elle était sensible aux scènes de rue, aux gens de rien, aux faits divers. Les enfants crasseux qui jouent en toutes circonstances. Elle avait le goût de l’insolite : une fillette grassouillette avec une énorme bouée autour du cou qui ressemble à un donut. Elle aimait les femmes de dos, les détails gracieux et modestes, le pli harmonieux d'une robe. Mais elle n'était pas photographe. Elle ne voulait pas immortaliser. Elle voulait capter la vie des autres. Au fond, elle n’a jamais voulu voir ses photos tirées. Et c'est maintenant qu'on les retrouve.

Elle gardait tout

 

Plus sur Viviane Maier

 

 Film réalisé par la BBC en mars 2013

the vivian maier mystery.jpg

 

 

Film réalisé pour le collectionneur Jeffrey Goldstein en 2011

Cliquer sur l'image

film1.jpg

 

Petite revue de presse

"A la recherche de Vivian Maier", l'argent, l'argentique et le numérique

L’Invention de Vivian Maier

Vivian Maier et "l'Ecole inférieure de la Photographie"

Vivian Maier, au détour d’une rue

Row between collectors over discovery of works by Vivian Maier


17:43 Publié dans Ecrans, Gazettes, Images | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : vivian maier, photographie, john maloof, jeffrey goldstein, sophie roussel | |  Imprimer | | | Pin it!

24.07.2014

Des branches, des racines et des herbes de bison

Et maintenant… Le clin d’œil d’un artiste russe du vingtième siècle à un art brut ? Ce monstre préhistorique en boule de bois trouvé et légèrement amélioré.

sculpture rachev 2.jpg

rachev 2.jpgC’est Evgueni Ratchev (1906-1997), grand illustrateur de livres d’enfants natif de Sibérie, qui l’a inventé.

On trouve ici d’autres sculptures de Ratchev faites à partir de racines ou de branches.

sculpture rachev.jpg

Elle se laissent regarder, surtout avec une petite vodka à l’herbe de bison à la fraîche.

vodka 2.jpgbison.jpg

21:16 Publié dans Ailleurs, Glanures, Images, Poésie naturelle | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer | | | Pin it!

17.07.2014

Au musée de Binic

chapeau.jpgMalgré le retour triomphal du soleil sur la Bretagne, je voudrais soulever mon chapeau de paille pour le vaillant Musée de Binic. D’abord parce qu’on ne peut pas faire que ça de sucer des glaces sur le port ou de rôtir en itsi bitsi petit biniki sur les plages.

musée panneau 2.jpg

vélo.jpgEt puis quand on a bien fait le tour du Grain de beauté des Côtes d’Armor (le surnom de Binic) on a plaisir à poser son vélo pour se cultiver un peu, tout en se distrayant aussi en satisfaisant sa curiosité.

Le Musée de Binic vous ne pouvez pas le manquer. C’est à 50 m après cette sirène que vous venez de croiser dans le jardin d’une belle maison blanche à décor bleu-vert.

sirène.jpg

Tous les Parisiens (et même les autres vacanciers septentrionaux) un peu nostalgiques de la disparition du Musée National des Arts et Traditions Populaires, avalé depuis peu et digéré par le Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée à Marseille (à prononcer d’un coup de glotte : MUCEM) ont intérêt à se précipiter comme moi au Musée de Binic. Et les Binicais aussi. Sans parler des Bretons de tous horizons. En souvenir de la tradition morutière («Binic was the first French harbor to be involved in cod fishing») et pour faire monter la fréquentation.

doris.JPG

Car le musée de Binic le mérite, ne serait-ce que parce qu’il n’est guère avare d’objets : plus de 1000 relevant des «traditions populaires» : coiffes, costumes, broderies, outils, matériels agricoles, équipement scolaires. «Et pas d’art?» me direz-vous. Que si! Même si rien n’y est enregistré comme tel. En flânant dans les collections, souvent présentées en ensembles d’activités dans la tradition de Georges Henri Rivière, on fait des découvertes qui nous ramènent à la création et à l’invention populaires si voisines de l’art brut. Elles méritent le détour!
Qu’elles témoignent de cette délicate sensibilité naïve comme dans le décor de cet exceptionnel travail d’un soldat de la guerre de 1914-1918.

P1080066.JPG

P1080068.JPG

arts et traditions populaires,binic,bretagne,sirène

Ou d’une ingéniosité artisanale naturelle comme cette roue à carillon.

roue à carillon.jpg

Ou encore d’une étonnante capacité d’abstraction comme ce métier à tisser.

métier à tisser.jpg

Le Musée des Traditions Populaires de Binic conserve et expose des pièces significatives de ce patrimoine familial que des donateurs, conscients de son rôle, lui apportent. Il est animé par des bénévoles qui respectent la liberté du visiteur. Pas de visites guidées à craindre si on n’aime pas ça.

yvonnick-dufrene-nouveau-president-du-musee.jpg

Durement éprouvé en 2010 par l’inondation de l’Ic, la rivière qui a donné à Binic une partie de son nom, il s’est, avec le soutien de la municipalité, relevé. En juillet et août, c’est tous les jours que vous pouvez y passer dans l’après-midi. Et jouer au petit jeu qui consiste à trouver son objet d’élection.

canne colonne.jpg

Le mien c’est cette colonne de vertèbres de requin. Une canne de capitaine paraît-il. Grand classique des objets cap-horniers.

17:59 Publié dans Expos, Jadis et naguère | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : arts et traditions populaires, binic, bretagne, sirène | |  Imprimer | | | Pin it!

14.07.2014

Par hasard sur l'pont de Lézard...

Où le vent souffle je vais.

P1070743.JPG

Ce ne sont pas les girouettes qui manquent.

P1070749.jpg

Ni les pionniers dans ma ruée vers l’ouest.

P1070850.jpg

n&b.jpgDans l’estuaire du Trieux, dans un port où Georges Brassens venait en vacances, comment ne pas suivre la caravane qui n’en finit pas de passer au creux d’un jardin qu’on aperçoit de la rue?

 

P1070955.JPG

Les oiseaux migrateurs en ciment armé s’arrêtent là.

P1070957.jpg Pourquoi pas nous? L’endroit est charmant avec sa cabane bleue,

P1070960.JPG

son moulin vert,

P1070952.jpg

son puits aux cygnes en plastique.

P1070958.jpg

chien-aboie.jpgAu chien du voisinage qui s’enroue à force d’aboyer, allez donc faire comprendre ça! Quelques photos et partons vite avant qu’il ne s’étouffe de rage à nous sentir près de son territoire

11.07.2014

Rococo brut saison 2

Vu que j’étais dans le revival, j’en ai profité pour aller jeter un coup d’oeil à mon «Tivoli sauvage» et secret. Revival Rococo caillouteux. Rococo brut 2 puisque mon premier post sur ce toujours mystérieux environnement d’art date déjà de près de 3 ans. Mon chéri faisait sa tête de cochon de devoir retourner sur nos pas.

tête de cochon.JPG

tous les jeux.jpgD’une voix rocailleuse, il grommelait qu’on aurait mieux fait, avec la flotte qui tombait, de rester dans notre gîte rural pour jouer aux Milles bornes. Mon chéri adore se vautrer dans les jeux de société qui sont laissés à la dispo des moutards dans les locations de vacances. Moi, j’en avais soupé des 7 Familles, du Monopoly et des Petits chevaux et les échecs me font bailler car je suis pas Marcelle Duchamp.

P1080243.JPGEt puis je voulais vérifier (même sous un parapluie) que cet ensemble architecturo-sculptural était toujours en place et indemne. Et bien : bingo ! oui ! et même Oui-Oui comme dirait la chanson.

C’était toujours la même impression de temple exotique perdu dans la jungle tropicale.

pluie.JPG

Dans mon souvenir je voyais ça plus blond. «Sans doute la pluie qui accentue cette couleur de glaise» me dis-je (je me dis beaucoup). Mais non : à la comparaison, il n’y avait pas de différences. L’auteur des lieux avait joué subtilement des masses et des teintes des impressionnantes caillasses agglomérées dans ces compositions. On trouve ce genre de choses aux alentours, j’ai pu le constater. Tout encore était fermé dans ce château au bois dormant.

porte chaine.JPG

Je n’ai donc pu cette fois-ci encore visiter l’intérieur du domaine. Le créateur de cette demeure de rêve (à supposer que ce soit lui qui l’habite) reste inconnu. Restait donc à se passionner pour de captivants détails. Est-ce que ce chapeau rouge était là la dernière fois?

poele.jpg

Je ne me souvenais pas de semblable poële à frire. Ce buste à la fois si romain et si barbare, comment s’était-il envolé de mon esprit?

buste.jpg

Et ces terribles sabots d’un des personnages situés sous une gouttière comme il résonnaient maintenant!

sabot.JPG

enfilade.JPG

Cette tête de vache qui fixait mon objectif, était-elle jusqu’alors cachée sous la frondaison?

vache.jpg

Et cette coquille Saint-Jacques ready made? N’était-elle pas la parure de plumes minérale d’un crâne votif?

coquilles.jpg

L’ensemble, à vrai dire, m’a semblé être l’objet d’une conservation attentive plutôt que d’un développement. Et c’est déjà pas mal.

17:22 Publié dans art brut, De vous zamoi, Glanures, Poésie naturelle, Sites et jardins | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer | | | Pin it!