Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26.03.2015

James Castle se tient au Carreau

Sur le carreau. Sur le carreau je suis restée. Le Carreau du Temple où se tient comme chaque année à pareille époque le Salon du Dessin Contemporain.

Affiche drawing now 2015.jpg

Bluffée, scotchée, médusée devant mon «drawing» à moi. Le carnet de James Castle visible sur le stand C5. On peut bien dire que je suis une vieille bougonne mais là je vous certifie que j’y suis allée direct au coup de cœur! Et je n’aurais de cesse que vous ne l’éprouviez à votre tour, ce coup de cœur, en vous précipitant (car vous n’avez que jusqu’à dimanche 29 mars 2015 à 7 P.M.) dans ce vénérable marché parisien, plus du tout glacial et relooké Bon Chic Bon Goût.

carreau-du-temple.jpg

J’étais pas la dernière à la Preview VIP mais j’arrive toujours dans ces lieux là comme une vachette dans l’arène le jour de la tienta. Je ne sais jamais trop où aller. Alors je fonce au hasard, comptant sur les révélations qui provoqueront mon regard.

vachette 2.jpg

Généralement, elle ne sont pas légion et je tarde à les découvrir. Mais là, je me suis fait envelopper d’emblée dans la muleta d’un exposant un peu à la bourre.

Depuis l’allée centrale, qu’est-ce que j’aperçois? Les vignettes juxtaposées d’un étonnant cahier, ouvert dans les bras d’un monsieur qui peine à l’introduire, sans l’esquinter, dans une vitrine plate inaugurale.

castle1.jpgTellement je suis impressionnée en un tour de sang par la rusticité savoureuse et les valeurs noires et grises de la chose que ce n’est qu’en un deuxième temps que je reconnais dans l’installateur le galeriste Christian Berst himself. Avant que ses clients n’arrivent, j’ai le temps de lui extorquer quelques infos pour mon petit blogounet d’amour.

castle003 copie.jpgC’est une œuvre de James Castle. Faites pas :  « qui ? » Faites pas : « quoi ? ». Reportez vous à mon post du 5 mars 2012 où je vous disais tout sur le personnage. Si j’ai bien compris, ce carnet de 16 pages qui se feuillette comme un roman graphique, date de 1932. Il aurait été montré pour la première fois en 1962 au California College (USA).

castle004.jpg

castle005.jpg

A part ça : tout ce qu’on aime ! Si on voulait le reproduire en fac simile ce serait pas facile à cause des pages découpées de façon insolite.

castle006.jpg

castle007.jpg

Coton à manipuler : c’est fragile et ça coûte sans doute un bras (ce qui n’est rien, eu égard à l’originalité et à la qualité). Difficile à montrer.

castle008.jpg

castle009.jpg

On peut quand même pas toujours ouvrir à la même page ce recueil d’images (qui fait penser à un album de photos de famille) sous-titrée de lignes sinueuses en guise d’écriture.

castle010.jpg

castle011.jpg

Une petite tablette Samsung, voisine du carnet de la vitrine, permet de contourner cette difficulté. Elisabeth Berst qui est d’une patience d’ange l’a domptée pour nous et le visiteur peut ainsi se faire défiler dans le détail tout le carnet de James Castle. Il y a infiniment à rêver dessus. Plus que sur la plupart des autres œuvres du Salon réunies.

16.03.2015

Tatouages sur le tapis

Le tatouage dans les médias. Puisque le sujet vient sur le tapis, voilà deux nouvelles pistes supplémentaires pour les têtes chercheuses. Confidences des muscles, tout d’abord.

conf des muscles 1.jpg

Une pleine page de photos provenant des collections du Professeur Locard, fondateur du labo de police scientifique à Lyon. On la trouve dans : Traite des blanches et prostitution, n° 4 d’une publication trimestrielle intitulée Témoignages de notre temps.

traite.jpg

10 belles héliogravures juxtaposées. Témoignages d’amour : «Margot aime P’tit Louis P.L.V.»

plv.jpg

Et ce commentaire révélateur du temps : «Les tatouages de femmes sont extrêmement rares». On est en 1933.

casquette.jpg

Le n°8-9 (deuxième année) du mensuel Aristote. Portrait gravé sur bois du philosophe de l’antiquité : on peut pas le manquer.

aristote.jpg

Sur 4 pages, un article de Victor Forbin (1864-1947), auteur de nombreux papiers scientifiques pour le grand public. Avec 9 photos dont le dos de John Sullivan, champion de boxe anglais tatoué sur les épaules d’un sujet religieux (la Cène).

img868.jpg

A signaler aussi une prise de vue dans l’atelier d’un tatoueur. Pas banal : on est quand même qu’en 1927.

img867.jpg

15:10 Publié dans Gazettes, Glanures, Images, Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tatouages, tattoo, tatoueurs tatoués | |  Imprimer | | Pin it! |

15.03.2015

Des expos qui cartonnent

Tombent dans ma boîte aux lettres les cartons d’invitation. J’ai beau les battre et les rebattre, j’ai du mal à saisir toutes les exquises subtilités de leurs titres. Quel est ce «rideau qui ne descend jamais»? Comprenne qui pourra!

img862.jpg

Je conçois dans ma petite tête de piaf qu’on puisse être en orbite mais comment pourrait-on être «en constellation» ?? Je m’y perds !!

img863.jpg

Et pourquoi l’exposition tchèque d’une collection d’art brut française et de photographies d’un Suisse spécialiste du genre, sacrifie-t-elle à la conventionnelle manie linguistique anglo-saxonne ??? Je l’ignore !!!

img864.jpgimg865.jpg

De Villeneuve d’Ascq à Prague en passant par New York City, suffit pas de faire tendance pour faire clair.

18:20 Publié dans art brut, De vous zamoi, Expos | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : art brut, folk art, lam, abcd | |  Imprimer | | Pin it! |

08.03.2015

Art brut : la collection du Dr Lafora

On a retrouvé le «schizophrène espagnol inculte». Son nom c’est Pedro. Pedro Alonso Ruiz et devant ses «sujets de compositions orientaux» on chanterait bien comme Marie Dubas: «Pedro, Pedro, Je t’ai dans le sang, je t’ai dans la chair, je t’ai dans la peau, Pedro!». Tant ces aquarelles nous ravissent au sens fort du terme.

podcast

Pedro n’était peut-être pas tout à fait schizo. Plutôt bipolaire on dirait aujourd’hui. Et pas sans culture non plus à vrai dire. Doté plutôt d’un genre de culture populaire que le Dr Lafora -révélateur pourtant de son œuvre- semble étrangement avoir compté pour du beurre. Forgeron et musicien pour le fun avant son entrée dans un hosto psy de Tolède où il passa les années 1916 à 1941 avec un court retour à la case maison du fait de la guerre civile.

De Tarragone à Cadix, y en a pas dix, pas neuf, pas huit, pas sept, même pas six. Et jusqu’à San Sebastian pas cinq, pas quatre, pas trois comme toi Pedro.

anne-et-valentin-2.jpg

Aussi ai-je chaussé mes nouvelles lunettes Anne et Valentin pour aller voir l’exposition rouge et verte de tes bouquets, de tes oiseaux, de tes chevaux à la Galerie Berst qui les montre jusqu’au 11 avril 2015 en compagnie d’autres pièces d’autres auteurs provenant de deux collections de psychiatres espagnols.

désastre 5.jpg

désastre 07.jpg

désastre 3.jpg

Le commissaire associé pour l’occasion n’est autre que Graciela Garcia, bien connue des Animuliens pour ses activités de blogueuse à l’enseigne de l’Homme Jasmin (El Hombre Jazmin). Lisez son intro dans le catalogue (p.16). G.G. nous ramène à l’expo internationale historique d’art psychopathologique de Sainte-Anne en 1950. Voir à ce sujet ma note du 27 mars 2011 :  Art pychopatho 60 ans après. Et tant que vous y êtes, remontez le temps jusqu’à mon post du 6 déc. 2009 : Espagne 70 ans d’art en hosto psy.

C’est la collection Lafora qui fournit le plus gros de l’expo berstienne. A la «pathographie» de celui-ci, Béatrice Steiner consacre un article détaillé dans le  catalogue (p.30).

désastre 02.jpg

Si l’hombre Pedro est le principal attrait du passage des Gravilliers (attention au petit trou dans le pavage devant la porte!), l’autre morceau de bravoure de la Collec Lafora ce sont les photos de dessins muraux d’un patient de l’hôpital de Murcie présentées dans une vitrine.

fresque 1.jpg

fresque 7.jpgfresque 5.jpg

fresque 2.jpg

Elles auraient mérité d’être reproduites et agrandies pour être affichées sur les cimaises. Ce genre de document attestant de productions asilaires disparues est des plus rares et des plus choucardes. Un pan d’art brut véritable nous est soudain révélé.

fresque 9.jpgfresque 10.jpg

fresque 3.jpg

fresque 6.jpgfresque 12.jpg

Merci qui ? Merci Christian. Mais si! Mais si ! Tout m’a pas passionné par ailleurs dans cette exposition mais il y a suffisamment de choses dont j’enrage de ne pouvoir glosouiller faute de place. Les écritures «martiennes» d’un anonyme

desastre 06.jpg

Les dessins compartimentés d’un autre

anbonyme lafora 3.jpgANO8_006-presse_large.jpg

La tortue kaléidoscopique de Cano Adolfo

tortue.jpg

La Sirena de la mar d’Adrian Campo

siren.jpg

Par exemple. Rendez vous compte par vous-mêmes!

invit désastre.jpginvit désastre verso.jpg

Avant que ce «berst of» de début 2015 ne rejoigne les «désastres» d’autres collectionneurs.

18.02.2015

Sichel à Ceylan

Sichel à Ceylan. Encore une chose que j’aurais aimé voir. Philippe Sichel c’est un marchand d’art parisien moins connu que Samuel Bing mais responsable comme lui de la vogue du japonisme en Europe.

le japon artistique.jpg

De son séjour en 1874 dans l’Empire du soleil levant, il ramena quantité d’objets, ce qui fait que ces enragés collectionneurs de frères Goncourt l’appréciaient pas mal.

bibeloteur.jpg

Qui met son nez dans les livres de Jules et d’Edmond aujourd’hui? Moi. Faut être folle! Mais je lirais n’importe quoi le matin pour passer du sommeil à ma tasse à café. Rien de tel qu’un petit récit de voyage pour passer de la léthargie à l’activité.

E et J Goncourt.jpg

 

Je suivais donc d’un oeil vague Philippe Sichel dans une de ses balades à Ceylan par le truchement des deux frangins créateurs du prix littéraire que vous savez.

 

tome 5.jpg

 

Quand dans le tome 5 de leur Journal sur la période 1872-1877 (Grasset) je suis tombée sur ce détail dont je résiste pas à vous souligner le caractère stimulant.

Sichel à Ceylan, dit Edmond, «est arrêté par le bruit artiste d’un marteau, un marteau qui reprenait, se taisait, avait l’air de causer avec l’homme le maniant : un marteau qui était comme une intelligence, et qui n’était pas le marteau bête d’un ouvrier européen. Philippe Sichel tombait alors sur un homme en train de monter les panneaux de la porte d’une habitation, et il se mettait à l’écouter, charmé, ravi, quand l’ouvrier faisant sauter un petit morceau de bois d’un panneau, le façonnait dans quelques minutes, en un petit animal sculpté qu’il tendait à l’étranger».

20:06 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer | | Pin it! |

08.02.2015

Instantanés à Cotonou

Une chose que j’aurais aimé voir.

couv instantanés.jpg

Jean Baronnet.jpgDans un confidentiel recueil d’InstantanésJean Baronnet a consigné, sur un mode poétique et avec un humour retenu, des anecdotes, des impressions fugaces, des observations surprenantes (derrière une banalité camouflante) de sa vie de musicien, reporter et réalisateur, je capte ce souvenir de Cotonou daté de 1966 : «On vend sur le marché des postes de radio. Ils possèdent un cadran lumineux et plusieurs potentiomètres permettant différents règlages. La face opposée ne révèle rien car le poste est fait d’un bloc de bois plein qui exclut toute technologie compliquée».

20:05 Publié dans De vous zamoi, Ecrits, Lectures, VU SUR ANIMULA | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jean baronnet | |  Imprimer | | Pin it! |

06.02.2015

Nouvel arrivage de «Jeune Création Contemporaine»

En passant par l’hôtel Drouot, j’ai picoré dans la salle 9 le nouvel arrivage de la «Jeune Création contemporaine».

la salle 1.jpg

la salle 2.jpg

Voici donc ma petite sélection.

eliane larus.jpg

 N° 154. Eliane Larus. Enfant au lézard

Michel Macréau.jpg

N° 161. Michel Macréau. Le coeur rouge

boix vives.jpg

N° 143. Anselme Boix-Vives. Série des concierges

andré robillard.jpg

N° 186. André Robillard. Sur le sol lunaire.

mariam koopen 2.jpg

N° 257. Mariam Koopen. s.t.

Attention, la vente c’est demain samedi 7 février à 14h.

30.01.2015

Christine Sefolosha et les wild things

Dans la presse encore.

OAF GRAPHIC.jpg

Au moment où l’OAF de NYC 2015 bat son plein (jusqu’au 1er février) je me suis arrêtée sur l’article de Priscilla Frank, critique d’art bouclée, dans The Huffington Post du 28 janvier dernier. Pour son sujet et pour son titre qui associent Christine Sefolosha et les wild things.

sefolosha-l'enlèvement.jpg

C’est à la Galerie Polad-Hardouin, qui présente à New York cette artiste qui ne cesse de s’affirmer comme telle, que l’on doit les envoûtantes images qui illustrent le papier.

sefolosha-trolls.jpg

La conclusion de celui-ci va dans le bon sens. Elle indique clairement qu’avec Sefolosha les petits problèmes de in et de out ne sont plus de mise : «(…) the boundary between out and in gets lost in the haze of blues and purples, eyes and claws, memories and dreams».

o-PURPLE-dancers.jpg

Si les Américains lisaient Animula, ils auraient aperçu que ça fait déjà longtemps que, chaque fois que j’en ai l’occasion, je braille : «Sefolosha you make everything groovy!»

22:18 Publié dans Ailleurs, Gazettes, Images, Zizique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christine sefolosha, oaf 2015, priscilla frank, the troggs | |  Imprimer | | Pin it! |

29.01.2015

Pierre Della Giustina «dans la mouvance des arts bruts»

Animula en Auvergne Aujourd’hui.

della giustina la montagne.jpegUne adolescence aux Martres-de-Veyres. Un ascenseur pour les Arts-Déco. Retour vers son berceau de peinture et de sculpture. Le parcours de Pierre Della Giustina est bien plus riche que ça. Depuis 7 ans au moins que je vous le dis, vous avez pu vous en rendre compte.

Della Giustina appartient à une catégorie rare. Celle de ces artistes qui travaillent «dans la mouvance des arts bruts» et ont le tempérament de s’en écarter pour inventer leur propre voie.

P1020833.JPG

Quitte à brouiller momentanément leur image. Sans égard pour les pantoufles où leur public aurait tendance à les cantonner.

P1020840.JPG Jamais prisonniers d’un style parce que toujours en confrontation avec la matière. Conquérant leur œuvre de haute lutte.

P1020851.JPG

Toutes choses que Della, talentueux peintre-sculpteur et graveur, vous dira mieux lui-même dans La Montagne, le journal de Vialatte, qui a eu la bonne idée de venir à lui.

Au moment où j’écris, l’article de Caroline Eon-Groslier sur PDG a été lu 368 fois.

Ce n’est pas assez.

12:30 Publié dans De vous zamoi, Gazettes | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pierre della giustina | |  Imprimer | | Pin it! |

28.01.2015

A-A-A

Mais où est donc Animula ?

Animula est là : Avignon le 15 janvier 2015.

Expression d’une liberté

Photo0031.jpg

Animula est là : Adelboden (canton de Berne) le 26 janvier 2015.

Quand la neige met son grain de sel

IMG_0214.jpg

 

14:55 Publié dans Ailleurs, De vous zamoi, Glanures | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer | | Pin it! |