11.04.2012

Le pasteur perché

J’investis dans l’immobilier. Non, je déconne. J’investis dans Jésus. Nan... Je bouffonne tout pareil. La vérité c’est que je suis tombée sur un article en ligne de La Vie. Pas La Vie catholique, La Vie immo.com (Le portail de l’immobilier). Une fois n’est pas coutume. C’est bien la première fois que je trouve une info valablement animulienne sur la bande passante de Yahoo! France qui ne me refile d’ordinaire que des tuyaux sur les candidats, les people et les joueurs de baballe.

le pasteur perché.jpg

Cet article de Badr Lebnioury, qui cite comme source le journal britannique The Sun, nous apprend qu’un gars du Tennessee (la patrie de Davy Crockett) vient de se construire dans les arbres une cabane d’enfer avec terrain de basket incorporé.

photo article.jpg

Ph J. Stephen Conn

Avec ses 900 mètres carrés, ce prédicateur de Crossville peut jouer les «barons perchés» (comme dit Italo Calvino) avec sa daronne puisque cette construction extraordinaire lui a été offerte en cadeau.

M Burgess et épouse.jpg

Exceptés les milliers de clous, les matériaux utilisés par le bâtisseur américain (bois de récupération issu de vieilles granges et hangars, matériaux hétéroclites du genre plaques minéralogiques) font penser, bien sûr, à ceux du Québécois Richard Greaves.

Horace Burgess

Mais la comparaison s’arrête là. Pour impressionnante qu’elle soit, la bâtisse géante d’Horace Burgess (c’est le nom du charpentier américain) a tout de même un côté plus «sage», moins «décalé» que celles de Greaves qui demeure le champion de la beauté à la limite de l’équilibre.

Cela tient peut-être à ce que Burgess est aussi un architecte-paysagiste. Quelque chose de raisonné qui vient du métier se sent chez lui.

Horace Burgess

Encore faut-il préciser que la tâche impossible, à laquelle il s’est attelé en 1993, lui a été inspirée directement par «le Tout puissant» qui a promis de lui filer un coup de main pour qu’il ne manque jamais de matos.

cabane géante.jpg

En reconnaissance, Horace, en vrai land artist, a écrit JESUS à la tondeuse dans son gazon (béni).

Horace burgess

L’article est illustré par une photo de J. Stephen Conn prise en octobre 2011. Il renvoie à une galerie de 12 beaux clichés dans laquelle je pioche respectueusement et parcimonieusement pour vous donner envie de voir la suite.

google earth.jpg

La cabane vue de Google Earth

13:26 Publié dans Ailleurs, Glanures, Sites et jardins | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : horace burgess | |  Imprimer | | | Pin it!

Commentaires

Il faut croire que Dieu inspire...
Le résultat est quand même admirable, à l'instar de la cathédrale de Justo Gallego.

Écrit par : Michel Benoit | 12.04.2012

Répondre à ce commentaire

Bonjour!
Excusez-moi de passer par les commentaires, mais je souhaitais vous écrire et l'adresse que j'ai est invalide... pouvez-vous me contacter? Merci beaucoup!
Amicalement,
Votre fidèle lalectrice

Écrit par : lalectrice | 20.04.2012

Répondre à ce commentaire

@ lalectrice

Je descends de mon arbre pour vous conseiller d'aller dans la colonne "catégories" (à gauche sur votre écran).
Puis de cliquer sur "contact".
Et bingo, mon adresse e-mail est là.
A toute.

Écrit par : Ani | 21.04.2012

Répondre à ce commentaire

Très chouette découverte, c'est vrai quand sans l'aide d'un fils de charpentier, ce serait compliqué...
Dans le même domaine de l'art brut côté US, j'avais repéré ça, autre création exceptionnelle et incongrue...

http://ecoutesiilpleut.blogspot.fr/2011/12/quand-on-lui-demandait-pourquoi-il.html

Écrit par : PICHOT | 25.04.2012

Répondre à ce commentaire

c'est véritablement un blog sublime. C'est pour cela j'envoie ce lien sur sur mon reseau

Écrit par : ass au | 29.08.2012

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire