Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29.04.2012

Le Petit est malade

thé encens fleurs.jpgMalade. Je suis malade. Mon toubib a diagnostiqué une crise de flemmingite aigüe. Je touitte, je zappe, je baille. Toute la journée. Votre petite âme errante plane au ras de la moquette. Mollement. Thé, fleurs et bâtons d’encens : mon daddy s’inquiète mais si ça me plait à moi de déprimer! Je plonge et replonge dans mon remède favori : la lecture. A la recherche des livres perdus dans mon cafard-naüm.

pile.jpgSous une pile de vieilles paperolles, je retrouve les curieux carnets d’hôpital d’Alfred Le Petit (1841-1909), un fameux dessinateur, peintre, caricaturiste et photographe et journaliste de la fin du XIXe siècle. A la fin de sa vie, entre 1903 et 1905, il fait de longs séjours à l’Hôtel-Dieu. Il y rédige un journal, accompagné de dessins pathétiques et drôles, mais toujours justes, où il chronique le quotidien de l’humanité souffrante dont il partage le sort.

Alfred Le Petit

Comme le dit la 4e de couverture de ce bouquin publié aux éditions Alternatives et présenté en 2007 par Jean-François Le Petit, petit fils de l’artiste et par Guillaume Doizy, spécialiste de la caricature, «Alfred Le Petit  nous fait entrer de plain-pied dans la vie d’un hôpital au début du XXe siècle, à une époque où ces établissements de soins sont en pleine mutation». Rien à voir avec l’art brut par conséquent. Quoique. Alfred Le Petit délaisse parfois sa plume et son crayon pour s’aventurer dans la peau d’orange façonnée par repoussage.

alfred le petit,curiosités

Les circonstances particulières dans lesquelles ce virtuose d’un art professionnel calibré se trouve placé (ennui, maladie, désœuvrement) font que, délaissant les techniques et les matériaux où il excelle d’ordinaire, il s’amuse à en expérimenter de nouvelles.

peaux d'orange détail 2.jpg

Le résultat est étonnant et je ne résiste pas au plaisir de vous montrer cette série de masques orangesques, séchés et vernis rassemblés sur la page 109.

Alfred le petit

Les adorateurs fanatiques de châteaux de Versailles diront peut-être qu’il s’agit là de petites friandises «minables» (voir le commentaire indigné à ma note du 20 février 2012) mais moi je trouve que ces petites gueules effrayantes et sympathiques justifieraient à elles seules que vous vous procuriez ces souvenirs d’Alfred tant que c’est encore possible.

peau d'orange détail 5.jpg

17:06 Publié dans De vous zamoi, Images, Lectures | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : alfred le petit, curiosités | |  Imprimer | | Pin it! |

Commentaires

Ils me paraissent à moi très bien, ces petits mascarons, et comme avoir acquis une belle patine.
Merci donc.

Écrit par : Kotka | 30.04.2012

Répondre à ce commentaire

@ kotka

Vu que la chose vous intéresse, je vous signale l'article intitulé "Ce qu'on peut faire avec une pelure d'orange" paru dans "Lectures pour tous" en 1900.
J'ai déjà eu l'occasion de parler de ce numéro historique dans ma note du 16 mars 2009.
Comme ce curieux article est anonyme, j'en suis à me demander si Alfred Le Petit n'en serait pas l'auteur.

Écrit par : Ani | 05.05.2012

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire