16.07.2011

Musée autodidacte disparu : Batz-sur-mer

Aux amants de la mer : le titre m’a paru tomber pile en ces temps vacanciers où les apollons des plages et les sirènes de piscine ne songent qu’à se mouiller le string ou l’itsy bitsy petit bikini. C’est aussi qu’avec le mauvais goût tordu qui me caractérise, j’ai été séduite par la couverture chromolitho-naïve de ce Guide des baigneurs le long des grèves lorsqu’il m’a sauté dans les bras en criant «maman!» à la dernière brocante où je suis allée traîner mes sandalettes.

sandales.jpeg

Bon, il ne date pas d’hier puisqu’il est de 1896 mais c’est ce qui fait son charme. Alors je l’ai acheté bien que je ne compte pas me farcir les excursions décrites, le grand ouest n’étant pas à mon programme cet été. Seulement, «faut pas être égoïste, ma p’tite Ani!» je me suis dit. Il y aura bien des Animuliens pour faire du camping chez les Batziens. Et ce guide, écrit par un écrivain-voyageur avant la lettre, piquera sûrement leur curiosité.

couv amants de la mer.jpg

En effet, parmi les souvenirs de cet aimable Berrichon qui signe du pseudo de Jules Sincère, le très intéressant chapitre 12 les documentera sur Les musées de Batz et l’église. Pouf, pouf. Laissons tomber l’église. N’importe quel dépliant de l’Office de tourisme de Batz-sur-mer, balnéaire station du sud de la Bretagne, vous en dira plus.

Mettons même de côté le musée des «Antiques» de Mademoiselle Pichon. Non sans apprécier au passage les exemples de chansons locales collectées par cette pionnière de la défense du patrimoine immatériel. Si je comprends bien, ses collections de costumes et de meubles de paludiers se retrouvent aujourd’hui peu ou prou au Musée intercommunal des marais salants.

Paludieres.jpg

Arrêtons-nous par contre sur le musée de Pierre-Marie Lehuédé (1849-1901), «cordonnier naturaliste» comme il aimait se présenter. Arrêtons-nous et faisons lui une place dans ce Panthéon des musées autodidactes disparus (je sais que mes suceurs de roue vont me piquer l’idée mais tant pis!) où flotte allégremment le parfum de l’art brut dans son état naturel, celui d’avant baptême par Jean Dubuffet.

Le musée de monsieur Lehuédé avait l’air d’un beau capharnaüm dans le genre cabinet de curiosités sauvages. S’y côtoyaient un squelette de vache, ceux d’un squale et d’un boa, des algues, des cailloux du fond de l’océan, des centaines d’oiseaux empaillés, des haches de pierre, des armes celtiques. Ce que j’aurais aimé voir ça même si le cordonnier-savant classait tous ses échantillons avec la précision maniaque de l’époque!

verso amant des mers.jpg

Son jardin minéral, rempli de roches disparates, «artistement superposées», la tombe de Remy, son caniche blanc «entourée de coquillages et de polypes», la façade de sa maison «enjolivée de quadrilatères et losanges en coquillages variés, d’oiseaux de mer aux ailes tendues»… tout me laisse à penser qu’il y a là inspiré sous roche. Bien sûr, il faudrait la confirmation des images mais je n’ai pas trouvé, sur le ouaib, de repros à ce sujet, même dans les sites sur les cartes postales.

Alors, avis aux collectionneurs en la matière! Il s’en trouvera peut-être un pour avoir un document sur le musée Lehuédé dans ses albums.

Commentaires

Bonjour,
La chance que vous avez eue de dégotter «les Amants de la Mer» de Jules Sincère, quand je me contente d'une copie de Gallica !
Je possède une carte postale ancienne représentant le Museum d'Histoire Naturelle de Pierre Marie Lehuédé. Je ne peux en préciser la date, sans doute 1905-10. De l'extérieur, aujourd'hui, la maison n'a guère changé et elle a conservé ses «décorations».
Si vous le souhaitez, moyennant une adresse, je peux vous en envoyer une copie.
Ce fameux musée n'avait pas que des admirateurs et je possède un texte (pas moyen de remettre la main dessus...) qui en donne une vision assez critique; la tête supposée d'hippopotame y est notamment remise en cause.
Cordialement.
Jean-François

Écrit par : Telliak | 11.08.2011

Répondre à ce commentaire

@ Jean-François

Super-excitant ce prolongement que vous apportez!
Ce que vous dîtes des critiqueurs de l'époque me confirme dans l'idée que le musée de Pierre-Marie Lehuédé devait être quelque chose!
Vous pourriez peut-être scanner votre carte postale et me l'envoyer sur ma boîte e-mail. Je la publierai en oubliant pas de vous citer.
Vous trouverez l'adresse en allant dans la catégorie "Contact" (voir colonne de gauche).
Si vous préférez m'envoyer une photocopie, c'est possible aussi.
Et comme je suis très exigeante :-) si vous remettiez la main sur l'article que vous citez pensez à moi, s.v.p.
Dernière chose: une photo actuelle de l'extérieur de la maison ce serait bien aussi, à condition que l'on puisse la publier sans nuire.
Merci et remerci d'avance.
Ani

Écrit par : Ani | 12.08.2011

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire