22.07.2012

Aloïse ricoche à Lausanne

couloir rhodanien.jpgUne belle endormie c’est la Riponne. Les Bergières assoupies c’est pas mal aussi.

Donc, si la dame du GPS vous dit : «montez le couloir rhodanien, tournez à droite, longez le lac!», obéissez. Lausanne cet été est repeinte aux couleurs d’Aloïse. Du moins sur le trajet qui mène du palais de Rumine au Château Beaulieu (3 mn chrono).

Comment je le sais ? Parce que j’ai de gentilles informatrices : Sarah Lombardi, la directrice de la CAB et Céline Muzelle qui a rédigé avec Jacqueline Porret-Forel le catalogue raisonné électronique de l’œuvre de notre Aloïse vénérée. 

Aloïse Corbaz

Céline Muzelle, avant mon départ en vacances, me le disait : «Je pense que les Animuliens vont apprécier ce rendez-vous sans précédent que nous offrent le Musée cantonal des Beaux-Arts et la Collection de l’Art Brut (…)».

invit aloise Cab.jpg

Elle voulait parler des deux expos Aloïse Le ricochet solaire qui se tiendront jusqu’au 26 août 2012 au MCB-A et jusqu’au 28 octobre à la CAB de Lausanne. L’une «propose un parcours chronologique inédit dans l’œuvre de l’artiste (sic) vaudoise». Dans l’autre «une salle entière est destinée aux cahiers de dessins, qui sont comme la colonne vertébrale de son œuvre (…)».

ricochet solaire salle 7.jpg

 Photo © NB.ARCH

art brut,aloïse corbaz,collection de l'art brut,musée cantonal des beaux arts,sarah lombardi,céline muzelle,jacqueline porret-forel,béatrice steinerVautrée comme je suis à la terrasse de La Récré, sirotant le rosé frais de ce restaurant de Lourmarin, je peine un peu à comprendre le «ricochétisme» que JP-F définit ainsi : 

«Le ricochet représente l’un des aspects fondamentaux de l’organisation mentale d’Aloïse. On peut le considérer comme l’un des fondements de son œuvre, siège de ses conceptions cosmogoniques, de son pacifisme, de sa religiosité, de ses amours fantasmées (…). Il traduit aussi le ressenti des phénomènes hallucinatoires liés à la psychose».

aloise liberté.jpg

art brut,aloïse corbaz,collection de l'art brut,musée cantonal des beaux arts,sarah lombardi,céline muzelle,jacqueline porret-forel,béatrice steinerMalgré la sieste, je ne suis pas ramollie du bulbe au point de ne pouvoir tourner les pages des deux chouettes bouquins qui accompagnent les expos lausannoises.

Merci à la grande âme qui me les a fait parvenir dans mon gîte rural. Fidèle à une tradition d’élégante austérité, la publication de la CAB, sous une couverture de carton-bure et une reliure à la japonaise, contient pas mal de repros des dessins mais aussi des écrits d’Aloïse.
podcast

Les textes sont de Pascale Marini, commissaire de l’expo et de S. Lombardi qui nous apprend (ô hasard objectif !) que «c’est suite à une erreur dans la distribution d’un courrier que Jean Dubuffet entre en contact avec Aloïse».

portrait d'aloïse.jpg

Diffusé par Le Seuil, l’ouvrage-catalogue du MCB-A est un peu plus cher mais c’est du lourd ! Sans être pesant ! Rien d’un casse-croûte. Tout est découpé en petites bouchées ou en plats digestes qui s’intercalent parmi les nombreuses images en couleurs.

catalogue aloise-le-ricochet-solaire.jpg

Les contributions écrites sont dues aux dames citées précédemment dans ma chronique et à Catherine Lepdor, conservatrice du MCB-A. Le contenu est trop riche pour que je vous en fasse des tonnes. Lisez ce livre indispensable aux fans d’Aloïse ! J’apprécie son côté précis : la biographie de CM, la biblio sélective qui n’oublie pas Aloïse ou l’infirmament du regard, un titre de Béatrice Chemama Steiner que je voudrais avoir trouvé, la liste des légendes des tableaux, les points de repère chronologiques.

ricochet solaire salle 3.jpg

Photo © NB.ARCH

Les souvenirs de JP-F sont agrémentés du fac simile de la fameuse lettre que Dubuffet lui adressa le 11 avril 1964. Ce roi du paradoxe y prétend qu’Aloïse «n’était pas du tout folle». Elle avait été reproduite dans le tome 4 des Prospectus et tous écrits suivants (Gallimard 1995). Mais sans le PS à la main qui éclaire sur la hiérarchie des valeurs de l’inventeur du concept d’art brut :

citation dubuffet.jpg

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

Commentaires

Migros ne vend pas que de la sauce Maggi. Il diffuse aussi un magazine et celui-ci nous offre aujourd'hui un entretien avec Jacqueline Porret-Forel.
On lui demande: "Aloïse se considérait-elle comme une artiste?"
Et elle répond: "Pas du tout. Sa schizophrénie faisait qu'elle croyait qu'elle n'existait pas. Au fur et à mesure que son art a évolué, elle est vraiment devenue le Créateur de son monde. La fin de sa vie a sans doute été très heureuse, car elle était devenue le créateur tout puissant."

Le reste sur:
http://www.migrosmagazine.ch/societe/entretien/article/je-n-avais-jamais-rien-vu-d-aussi-fascinant

Écrit par : Ani | 24.07.2012

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire