27.08.2012

Philippe Dereux et la Mémoire des épluchures

Sur son créneau il caracole en solitaire. Et le moins que l’on puisse dire c’est que, onze ans après sa disparition, ils ne se sont pas bousculé, les «singuliers» ou les «contemporains», pour suivre la voie des épluchures, la voie de Philippe Dereux.

La Galerie Chave qui a toujours soutenu son travail, y compris sur le plan éditorial en publiant les commentaires dont l’artiste accompagnait son activité plastique, lui offre, jusqu’à la fin de l’année 2012, une exposition nouvelle : peintures, dessins, collages.

expo dereux sept 2012.jpg

L’invitation annonce la parution d’une monographie intitulée Mémoire des épluchures (1960-2000). «Mémoire» au singulier et non pas au pluriel comme on le voit déjà sur le Net. Peut-être parce qu’il est naturel avec Dereux de s’attendre à ce qu’il nous distille ses souvenirs. Mais enfin les épluchures ont bien droit d’avoir de la mémoire aussi!

mémoire des epluchures.jpg

Le drôle de rapport qu’il entretenait avec elles, Philippe Dereux était capable de l’exprimer en une phrase : «Quand je colle mes épluchures, que je les vois se grouper, s’attirer, se repousser, je me crois le démiurge procédant à la création de l’Univers». Dereux se cachait-il derrière ses épluchures ou s’exhibait-il par leur truchement?

Philippe Dereux au travail.jpg

Toujours est-il que ce matériau si inattendu lui a fourni un moyen qu’il chercha longtemps dans «l’enfer d’écrire» à la poursuite d’une littérature inaccessible et de ce fait décourageante.

philippe dereux,galerie chave

Quel moyen? Mais le moyen d’épancher les méandres et les bigarrures de sa vie intérieure sans rien céder de sa pudeur presque maladive. C’est ce qui distinguera toujours Philippe Dereux de n’importe quel casseur de graines, de n’importe quel brasseur de salades, de n’importe quel assembleur d’éléments vaguement végétaux : ce jeu de la bure et du brocart, du ressenti et de l’exprimé. Cette capacité d’édifier un monde luxuriant par le limon qui devrait en être la négation même. L’épluchure : une solitude, celle qui fait de l’art de Dereux une proposition unique. Et puis c’est tout!

couteau-eplucheur.jpg

Aux cartes postales que je reçois, j’en vois qui traînent encore leurs espadrilles du côté provençal de la force vacancière. Alors, si vous êtes encore dans le coin de Vence à la fin d’août, pourquoi ne pas remettre votre grand retour au début septembre? Bison fûté vous en sera reconnaissant et vous pourrez assister au vernissage Dereux de la Galerie Alphonse Chave le samedi 1er septembre 2012 car il ferait beau voir que, dans les Alpes maritimeuses, on attende que les Parisiens et les Lyonnais soient partis pour se régaler d’épluchures.

23:00 Publié dans Expos, In memoriam | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : philippe dereux, galerie chave | |  Imprimer | | | Pin it!

Commentaires

Mais comment coller des épluchures ?
Et comment les conserver ???

Écrit par : Michel Benoit | 28.08.2012

Répondre à ce commentaire

Comment? Comment. Je ne saurais vous le dire exactement.
Philippe Dereux avait toutes une panoplie de techniques épluchatoires, dessicatoires, collageuses et insecticides à sa disposition. C'était même son petit secret.
La faculté de conservation de ses oeuvres ne le laissait pas indifférent. Il s'était toujours efforcé de chercher dans ce domaine, ce qui fait que ses pièces aujourd'hui tiennent le coup.
Ce qui le distingue aussi peut-être d'un créateur d'art brut de base...

Écrit par : Ani | 10.09.2012

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire