Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04.12.2006

Zoom sur Air Loom

medium_air_loom_depliant.2.jpgC’est pas mauvais des fois d’écouter ses lecteurs, aussi votre petite âme errante se fait-elle parfois l’écho des suggestions alléchantes qui lui parviennent par voies diverses. J’aurais déjà dû attirer votre attention sur l’expo Air Loom à la Collection Prinzhorn de Heidelberg qui durera juqu’au 15 avril 2007.

Le sous-titre en allemand est un peu dur à avaler avec ces grands mots composés :

Der Luft-Webstuhl und andere gefährliche Beeinflussungsapparate

mais la tradoche en anglais nous éclaircit un peu la chose :

The Air Loom and other dangerous influencing machines

Si j’ai bien compris le site internet et le dépliant de la Collection, avec ses toutes petites photos que j’emprunte quand même, ce serait la première fois que ces machines d’influence se trouveraient au centre d’une exposition.

 medium_robert_gie.2.jpg

medium_J_N_Wintsch.3.jpg«Machines d’influence» ou «machines à influencer», ça dépend du côté où on se place mais vous aurez compris qu’il s’agit de ces dispositifs inspirés par des technologies variées (télégraphe, rayons X, ondes radio) à des inventeurs hallucinés désireux de rendre compte, au moyens de croquis précis, des influences diverses dont ils se sentent l’objet.

medium_hugo_rennert.3.jpg

 

medium_jakob_mohr.2.jpg

Le clou de l’expo semble être une machine de 7 mètres de haut réalisée en 2002 par Rod Dickinson, artiste anglais, d’après les dessins d’un pensionnaire de l’asile de Bethlam (Bedlam) du nom de James Tilly Matthews (1770-1815).

medium_new_air_loom.jpg
medium_J_T_Matthews_Air_loom_1810.2.gif

«Cela me fait penser», m’écrit mon informatrice, «à un dessin de la SFPE (Sté Fr de Psychopatho de l’expression) qui a été exposé à Athènes en 2004 dans l’expo internationale L’Autre rive/The Other side».

medium_anonyme_recto.2.jpg

Bonne fille, elle me joint le verso du dessin en question avec le texte explicatif du dessinateur. Et ça c’est un scoop parce qu’on l’a pas vu à Athènes, selon elle.

medium_anonyme_verso.2.jpg

 

Commentaires

Une amie, fort éclairée également sur le sujet, fait souvent référence à ce qu’elle nomme “le syndrome d’influence“ serait-ce de cela qu’il s‘agit ?
Ces dispositifs graphiques (ref : J.N Wintsch) me font aussi penser - sous une forme plus abstraite (“conceptuelle“)- aux dessins d’Emma Kunz. Par extension, je m’interroge et j’interroge votre informatrice (qui parait pleine de ressources ) sur la présence des mandalas dans les œuvres d’art brut. Par exemple chez Wölfli, ils semblent sou tendre la dynamique du dessin, les mettre en/sous tension.

B.D

Écrit par : B.D | 04.12.2006

Répondre à ce commentaire

Une dynamo magnétise en effet le sujet, devenu objet de son influence, ligoté qu'il est par chacun de ses points d'attache à un grand corps impersonnel, une machine, avec laquelle il ne se confond pourtant pas et qui œuvre pour son "bien" (le soin individuel, personnel, confidentiel) en...l'aliénant totalement, ce qui n'est pas le moindre paradoxe.
Ceci pour dire que dans la psychose, il y a la recherche d'une explication (d'un savoir) qui rendrait compte de l'"intention" qui nous propulse au monde. Les mandalas (je ne suis vraiment pas spécialiste...) me semblent vouloir offrir un mode d'accès à cette "connaissance". Comme quoi la psychose peut peut-être prendre rang aux côtés des philosophies et des religions qui seraient dans une quête semblable. Ce que beaucoup de psychotiques ignorent sans doute, mais ils retrouvent à l'occasion des "formes" qui peuvent s'apparenter à des modèles connus.

Écrit par : B.A. | 04.12.2006

Répondre à ce commentaire

Bonjour,
ma première question liée aux commentaires précédents serait: peut-on parler de "l'influence de la machine" quand il ne s'agit pas de sa représentation (l'œuvre provenant de SFPE) ou d'un titre (cf. "Je suis radio" dans le cas de la mandala de J.N. Wintsch) qui nous l'indique, comme semble supposer B.D. dans son commentaire concernant les mandalas dans l'œuvre d'A. Wölfli?
Est-ce que chez Wölfli nous avons à faire à "l'influence de la machine" ou à la représentation de la machinerie industrielle de l'époque (l'industrialisation de la Suisse, les catastrophes qui y sont liés, etc.)? Ou aux deux?
Pourrait-on f.g. réfléchir sur l'influence de la machine (de la radio, comme sa biographie semble l'indiquer) chez Zemankova?
Enfin, l'art brut semble inépuisable en ce qui concerne des questions qu'on peut se poser...
Barbara

Écrit par : barbara safarova | 05.12.2006

Répondre à ce commentaire

S'agissant document de la SFPE, il y a bien représentation d'une machine à laquelle le corps du sujet est rattaché. Et curieusement cette machine est un peu sur le modèle du corps.

Je renverserais la proposition de Barbara: La machine est le "modèle" le plus adéquat pour rendre compte du syndrome d'influence lorsqu'on y est soumis.
La machinerie n'est pas très éloignée de la machination ...elle prend le sujet dans ses engrenages d'autant plus implacables qu'ils sont anonymes. Tout comme la "voix" de la radio échappe à toute localisation. L'efficacité hallucinatoire est liée à cette indétermination qui autorise toutes les interprétations.

Écrit par : Béatrice Steiner | 05.12.2006

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire